Comptabilité Nationale

Capturer la richesse réelle des nations

Définir une grammaire commune pour discuter de la richesse réelle des nations est un vieux débat. Qui n’a jamais été résolu. Le Fonds monétaire international (FMI) a lancé en 1986, sous le nom de Manuel sur les statistiques des finances publiques (GFSM 1986), la première initiative visant à établir des normes d’établissement de rapports communs. Depuis lors, le processus a été amélioré et conduit à plusieurs révisions (GFSM 2001 et 2014). Simultanément, une trame de reporting a émergé et se divise en quatre parties:

  • L’état des opérations du gouvernement
  • L’état des autres flux économiques
  • Le bilan
  • L’état des sources et des utilisations de la trésorerie [1]

L’approche GFSM offre de nombreux avantages. Il s’agit d’un processus global qui permet la comparaison entre pays et au sein d’un même pays. Il s’agit d’un cadre intégré robuste. Enfin, elle est compatible avec les autres normes comptables internationales de la macro-statistique.

Dans ce cadre, Beyond Ratings vise à améliorer la qualité de l’établissement de rapports dans les bilans des pays par l’évaluation du capital naturel. Il se traduit par une définition plus précise de ce que les normes comptables internationales du secteur public (IPSAS [2]) appellent les « actifs non financiers non produits ». Notre équipe consacre une part significative de son temps à la Recherche & Développement sur les méthodologies d’évaluation, depuis les études initiales de la Banque Mondiale (WAVES) jusqu’à notre propre approche de pointe.

Notre méthodologie met également en lumière, à travers nos produits de tableau de bord, les contraintes physiques que les ressources énergétiques et les questions climatiques imposent aux structures économiques nationales et donc aux comptes nationaux. Il s’agit ensuite de la soutenabilité des dettes souveraines et privées.

[1] L’état des sources et des utilisations de la trésorerie enregistre les entrées et les sorties de fonds en utilisant une classification semblable à celle de l’état des résultats, mais en se concentrant sur la variation nette des flux de trésorerie provenant des opérations au cours de la période.

[2] Les Normes comptables internationales pour le secteur public (IPSAS) sont un ensemble de normes de comptabilité d’exercice et de comptabilité de caisse pour les entités du secteur public. Elles ont été créées et développées par le Conseil des IPSAS, dans le cadre de la Fédération Internationale des Comptables (IFAC), afin d’améliorer la qualité et la transparence de l’information financière à l’échelle nationale et infra-nationale. L’OCDE a été la première entité internationale à mettre en œuvre les normes IPSAS en 2000 et a été suivie par de nombreux pays. Aujourd’hui, une centaine de pays ont adopté ou sont en train d’adopter ces normes.